Introduction
Parmi les outils qui sont mis à la disposition du trader pour protéger et fructifier son investissement, il y a les options. Derrière ce terme relativement simple, se cache tout de même, un mécanisme bien élaboré qui offre de nombreuses possibilités aux investisseurs.

Définition
Sur les marchés financiers, les investisseurs opèrent en effectuant des transactions sur des actifs financiers que sont les actions et obligations. En rapport avec ces actifs, des contrats sont accessibles aux investisseurs afin de leur donner la possibilité d’opérer certaines opérations particulières sur les titres. Ainsi, suivant les termes définis dans le contrat, l’acheteur du produit financier a le droit de procéder à un call (achat) ou à un put (vente) du titre. Ce type de contrat concerne des actifs sous-jacents tels que les actions, les futures, les matières premières, mais aussi tout actif proposé par les marchés financiers.
Les options peuvent être échangées sur les marchés gré à gré ou sur les marchés spécialisés dans les différentes places boursières.

Caractéristiques
Les éléments qui caractérisent les options sont clairement définis et stipulés dans le contrat. Il s’agit du prix d’exercice ou strike, qui est un prix fixé à l’avance et qui définit le niveau entendu pour la cession ou l’acquisition de l’actif ; ainsi que de la date d’échéance ou date d’expiration, après laquelle l’option n’a plus de valeur. Ainsi, une option financière peut se résumer en un contrat entre deux parties, obligeant le vendeur à autoriser l’acheteur à faire valoir une option d’achat (call) ou de vente (pull) sur une quantité précise d’un actif sous-jacent, dans le respect des conditions de prix, de délai et de mode de règlement.
Concernant le jargon employé dans le cadre de ces opérations, trois termes principaux sont à retenir : « dans la monnaie », « hors de la monnaie » et « à la monnaie ». Ainsi, on dira d’une option qu’elle est « dans la monnaie » (ou ITM en anglais), quand le strike (prix d’exercice) est moins élevé que le prix de l’actif sous-jacent (dans le cas d’une option d’achat) ou plus élevé de l’actif sous-jacent (dans le cas d’une option de vente). A l’opposé, on dira d’une option qu’elle est hors de la monnaie (ou OTM) dans le cas contraire au cas précédent. De même, une option est considérée comme « à la monnaie » lorsque le strike et le cours de l’actif sous-jacent sont égaux.

En pratique
De façon pratique, les options sont utilisées dans différents cas de figure. Elles servent en effet d’instrument pour couvrir les risques de fluctuation du prix de l’actif sous-jacent. Ainsi, un producteur de matière première peut se prémunir d’une chute des cours en acquérant des options de vente. Les options peuvent également constituer des éléments du cours de l’actif sous-jacent. C’est le cas des stock-options. Enfin, elles peuvent également représenter des instruments de spéculation sur la volatilité des cours.
En résumé
L’utilisation des options est assimilable à celle qui est faite pour les warrants qui sont considérés comme des options de longue durée, pour les swaps qui sont des promesses d’échanges de devises ou de taux, ainsi que pour d’autres différents dérivés financiers.