Vous attendez depuis des semaines que quelque chose se débloque au Congrès, que l’on règle cette histoire de Fiscal Cliff une fois pour toute ? Eh bien si l’on en croit les commentaires du leader de l’opposition américaine, il ne faut rien prévoir pour Noël.
Hier à Wall Street dès l’ouverture tout le monde se regardait en chiens de faïence,  puisque tous les regards étaient dirigés en direction du podium  qui attendait tranquillement  de Bernanke.

Et puis celui – ci a parlé : en gros il a dit que les taux resteraient bas tant que le taux de chômage ne serait pas passé en-dessous de 6.5% et/ou que l’inflation ne passait pas en-dessus de 2.5%. Selon les experts les taux US devraient rester près de zéro pour les 24 mois à venir, à la louche. Puis Bernanke a également annoncé l’arrivée de la version 4 du « Quantitative Easing », petit frère de la version du mois de septembre, et a annoncé qu’ils allaient signer un chèque de 45 milliards pour racheter des bons du trésor afin de garder les taux au plus bas. C’est une nouvelle en demi-teinte, puisqu’on se rend compte que la FED veut bien soutenir le marché et l’économie, mais que les armes qu’elle possède semblent tout de même un peu « limite » et ne paraissent pas donner des résultats de folie.. On est déjà au QE4, à combien va – t on s’arrêter ??? Sur ces premières nouvelles le marché s’est envolé, puisque forcément, youpie , de l’argent gratuit qui tombe du ciel, une garantie comme quoi la FED ne nous laissera pas tomber, il y avait de quoi s’enthousiasmer même avant la fin du discours de Bernanke. Pourtant tout à la fin du speech, juste avant la conclusion, il est revenu sur le fait qu’il était URGENT de trouver une solution pour le « Fiscal Cliff », car selon lui la FED n’a pas les armes pour lutter contre cette récession  qui se mettrait en place dès le premier janvier en cas de non-accord…Et là patatras, tout le monde s’est rappelé cette foutue histoire de Fiscal Cliff pendant que l’on écoutait béatement le discours de Bernanke et que l’on se prenait à rêver d’un Bull Market Permanent et d’actions qui ne cessent de monter …. Soudainement on s’est réveillé et on a tout revendu pour revenir exactement de là où on était parti juste pour que les commentateurs boursiers puissent dire comme les dernières semaines  : « le marché est allé nulle part hier soir ».. !
Ensuite on a terminé cette séance sur les déclarations de Boehner qui disait qu’il avait lu la dernière proposition d’Obama et qu’en gros, une fois le fou rire passé, Obama pouvait récupérer sa proposition, se la rouler et la fumer. Cependant il a ajouté dans la foulée et à l’adresse de ses camarades républicains, qu’il ne fallait pas prévoir de fêter Noël cette année parce qu’il y allait avoir du pain sur la planche pour que les deux parties trouvent un accord.