Archives — 08 May 2011

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 


La dernière partie de la méthode CANSLIM comportant les lettres L, I, et M :

 

L = Leader or Laggard (chef de file ou retardataire)

Beaucoup de gens achètent des actions qu’ils aiment ou qu’ils connaissent. Ce ne sont quasi
jamais de bons choix ! Vous devez toujours veiller à acheter les leaders du marché et non
pas les retardataires. On trouve toujours dans chaque secteur d’activité des entreprises de
tête, qui procurent des gains substantiels à leurs actionnaires et d’autres dont le rendement
est médiocre. Si vous trouvez les leaders vous aurez toutes les chances de voir une réelle
augmentation de leur prix et donc de vos gains.Concentrez-vous donc surtout sur les 2 ou 3
meilleures valeurs du secteur.

Pour trouver les leaders vous devez vérifier la force relative des prix. Elle compare la
performance d’une action à la performance d’un indice large du marché comme le S&P 500
par exemple. La force relative du prix d’un titre varie de 1 à 99 ; lorsque l’indice d’un titre est
de 80 par exemple cela signifie qu’il a offert un rendement plus élevé que 80 % des autres
actions dans le même groupe de marché, pendant une période donnée. Selon le système
CANSLIM, la force relative du prix d’un titre doit être de minimum 70, mais il vaut mieux
qu’elle dépasse 80. O’Neil indique ainsi que les actions ayant une force relative de l’ordre
de 80 à 90 sont les plus susceptibles de réaliser des gains importants. En fait au plus élevée
la force relative au mieux c’est : les valeurs qui rapportent le plus ont en général un niveau
de force relative de 90 ou plus avant de réaliser leur breakout.De plus , après un déclin du
marché les premières valeurs qui vont rebondir vers de nouveaux plus hauts sont presque
toujours les leaders.

Aussi quand vous devez sélectionnez des actions, faites abstraction de vos sentiments. Les
actions qui sont bon marché le sont pour une bonne raison, habituellement parce qu’elles sont
des retardataires et donc moins performantes. Il est rarement rentable d’investir dans ce genre
de valeurs même si elles vous paraissent bon marché. Car même si vous payez plus cher les
actions d’un vrai leader, cela vous rapportera en fin de compte beaucoup plus…En résumé,
cherchez toujours un titre montrant une force relative supérieure au marché et dont le secteur
est également un leader.

I = Institutional Sponsorship (parrainage institutionnel)

Il faut de gros volumes d’achat pour faire monter le prix d’une action et la plus grande source
de volume pour les actions c’est l’achat fait par de grosses institutions telles que des fonds
mutuels, des caisses de retraite, des hedge funds, etc… Les achats et les ventes des grosses
institutions représentent plus de 70 % de l’activité sur les leaders et ce sont donc eux qui
influenceront en grande partie les cours et l’avancée des prix. Si une action ne possède pas
de parrainage institutionnel il y a donc de fortes chances que sa performance reste médiocre.
La méthode CANSLIM prône, pour que le titre d’une société soit retenu, qu’elle soit détenue
par au moins quelques actionnaires institutionnels, de trois à dix idéalement. Il faut en effet
également faire attention à ce qu’un titre ne soit pas « surdétenu », cad trop acheté par les
institutionnels : la moindre mauvaise nouvelle sur le titre pourrait alors entraîner une cascade

de ventes et le prix de l’action risque de s’effondrer très rapidement. Suivez donc de près
le nombre d’investisseurs institutionnels qui détiennent une action donnée et noter si leur
nombre est en hausse ou en recul pour le trimestre le plus récent. Cela vous donnera une
bonne idée de l’intérêt et des attentes des gros fonds pour un titre en particulier.

M = Market Direction (direction du marché)

Le dernier critère de la méthode CANSLIM est la direction du marché. Il ne faut pas sous-
estimer ce critère car O’Neil signale que vous pouvez avoir raison sur chacun des six premiers
points, mais si vous vous trompez sur la direction du marché les trois quarts de vos actions
risquent de s’écrouler avec le reste du marché. D’après ses études en effet 3 actions sur 4
suivent la direction du marché dans un sens ou dans l’autre. Il est donc capital de toujours
traiter dans le sens de la tendance du marché !

Pour déterminer la direction du marché vous devez suivre et essayer comprendre tous les
jours les indices représentatifs du marché : DJIA, S&P 500, Nasdaq, etc…En apprenant à
interpréter le graphique quotidien des cours et des volumes de ces indices ainsi que leurs
divergences possibles vous arriverez à prédire la tendance du marché et ses retournements
éventuels. Identifier le moment où un marché a atteint un sommet ou un plancher constitue un
élément capital en trading.C’est aussi malheureusement souvent la clef qui manque à de très
nombreux investisseurs.

C’est pourquoi dans son journal IBD (Investor’s Business Daily) ainsi que sur son site
internet O’Neil a mis au point une méthode pour suivre la tendance du marché. Tous les
jours dans une des rubriques (« The Big Picture ») de ce journal l’état actuel du marché
est analysé : haussier, baissier, en correction, etc…Il serait fastidieux d’expliquer ici la
méthode employée par O’Neil pour « timer » le marché, mais en gros sachez qu’elle se
base sur l’identification des cycles d’achats et de vente des investisseurs institutionnels
(journées « d’accumulation » ou de « distribution »).Cette méthode semble la plus sûre pour
identifier la tendance du marché. Un marché baissier par exemple n’est rien d’autre qu’une
période de distribution durant laquelle les gros fonds auront tendance à vendre. Dans ce genre
de marché même une action avec des fondamentaux extraordinaires, des volumes en forte
augmentation et une pattern parfaite aura peu de chances de réaliser un breakout lucratif et
même si elle y arrive celui-ci risque fort de n’être que de courte durée.

Suivre le comportement des leaders pour identifier la tendance du marché constitue dès
lors une technique qui peut rapporter gros.Une chute ou un renversement des différents
indices constituent en effet souvent des signaux tardifs et dans la plupart des cas une phase
de distribution ou de vente des leaders du marché l’aura précédée de quelques jours ou de
quelques semaines. Si la majorité des actions leaders du marché ont atteint un sommet, vous
pouvez être certain que le marché dans son ensemble va avoir des problèmes. Dans ce cas
un seul conseil : sortez du marché et passez en cash. Beaucoup d’investisseurs pensent que
s’ils ne sont pas sur le marché ils vont rater des opportunités, mais c’est faux : diverses études
ont montré qu’au cours des dernières années presque 70 % du temps le portefeuille d’un
investisseur aurait du être en cash. Lorsque vous êtes sur le marché vous prenez un risque,
donc le but est d’y être le moins possible tout en risquant gros au bon moment. Le but idéal à
atteindre est d’être exposé quand le marché est fort et haussier.  A méditer !

Share

About Author

Laurent

(0) Readers Comments

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *