Archives — 20 March 2011

Avez – vous déjà entendu parler de la méthode CAN SLIM ?  Si non, je vous conseille de lire la suite de cet article.

 

La méthode CAN SLIM est une  stratégie d’investissement créée par William O’Neil, un des plus célèbres investisseurs de notre époque. Cette stratégie combine l’analyse fondamentale et l’analyse technique des actions afin de pouvoir sélectionner les actions d’entreprises à forte croissance (cad les leaders du marchés)  ainsi que leurs points d’entrée (avant qu’elles ne partent à la hausse : breakout) et leurs points de sortie (avant qu’elles ne chutent).

 

CAN SLIM est en fait un moyen mnémotechnique qui permet de se rappeler quelles sont les caractéristiques d’une action à examiner avant de penser à l’acheter. Chacune des lettres de CANSLIM représente un des 7 fondements de base permettant de trouver des super-valeurs :

 

  • C (Current earnings) : bénéfice trimestriel courant par action de la société. Le bénéfice par action (BPA) lors du trimestre le plus récent doit être supérieur au BPA du même trimestre de l’année précédente. Si les bénéfices s’accélèrent de trimestre en trimestre lors de la publication des résultats c’est généralement un signe positif.

 

  • A (Annual earnings) : augmentation annuelle du bénéfice. Une société devrait avoir enregistré une croissance annuelle solide (de 25 à 50 % minimum) au cours de chacune des cinq dernières années.

 

  • N (New Product) : représente un nouveau produit ou un nouveau service, voire une nouvelle équipe de direction. Ce concept se réfère à l’idée qu’une entreprise doit avoir une nouvelle idée de base ou avoir connu un changement récent pour continuer à être prospère et à alimenter la croissance des gains mentionnée dans les deux premiers points de la mnémotechnique. Un exemple récent : l’i Pad d’Apple Computer.

 

  • S (supply and demand) : l’offre et la demande. Il devrait y avoir idéalement un nombre limité (ou raisonnable) d’actions en circulation sur le marché. Il est en effet plus facile pour une petite entreprise dont le nombre d’actions en circulation est plus réduit d’enregistrer des gains substantiels alors qu’une société à grosse capitalisation (et beaucoup d’actions) aura besoin d’un volume d’achat énorme pour générer une hausse de cours intéressante.

 

  • L (leader) : leader ou retardataire ? O’Neil suggère d’acheter “des stocks de premier ordre  dans une industrie de pointe”. L’idée est d’acheter les leaders du marché, pas les retardataires. Pour les identifier, il se base sur la Force Relative des prix (Relative Strength) qui varie de 1 à 99 .Lorsque l’indice d’un titre est de 80, par exemple, cela signifie qu’il a offert un rendement plus élevé que 80 % des autres actions dans le même groupe de marché. Selon le système CANSLIM, la force relative du prix d’un titre doit être d’au moins 75 à 80. Les actions ayant une force relative supérieure à 90 génèrent les gains les plus élevés.
  • I (Institutional sponsorship) : parrainage institutionnel, qui se réfère à l’achat des actions par les fonds institutionnels. Si un titre n’a pas de parrainage institutionnel il y a de fortes chances pour que sa performance reste médiocre. Ce sont les gros fonds de retraite, les compagnies d’assurance, les fonds de gestion des banques, etc…qui poussent une action à la hausse par l’achat de dizaine de milliers de titres. Une mesure quantitative de l’importance des achats institutionnels est l’index d ‘Accumulation / Distribution, qui est un indicateur de l’activité des fonds communs de placement dans un titre en particulier.
  • M (Market indexes) : la direction du marché. Lorsqu’on sélectionne des actions, il est important de déterminer à quel type de marché on a affaire (baissier ou haussier) car c’est le marché qui déterminera les gains ou les pertes ( 3 actions sur 4 montent ou descendent avec le marché !).Il faut donc apprendre à interpréter les principaux indices de marché, en particulier l’indice Dow Jones, le S & P 500 et le NASDAQ tant pour les prix que pour les volumes.

 

Je tenterai de résumer les points clefs de cette méthode et de vous les présenter au travers de ce blog. Le grand avantage de ce système est qu’il constitue une combinaison de plusieurs  méthodes de placement axées tant  sur la croissance que sur les données fondamentales et l’analyse technique.

Pour ceux qui veulent en savoir plus sur cette stratégie et  je vous conseille de lire le livre de l’auteur : How to Make Money in Stocks: A Winning System in Good Times and Bad, Fourth Edition .

 

 

Traduction française :

 

Ce livre est vraiment la bible des investisseurs et explique en détaille comment la méthode CAN SLIM fonctionne et pourquoi elle fonctionne.

 

Share

About Author

Laurent

(0) Readers Comments

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *